Un désir de rencontre

Prédication de la pasteure Corinne Gendreau du 30 octobre 2022 au Temple de Mérignac.

 

Lectures bibliques

Esaie 45, 22-24

22Tournez-vous vers moi et soyez sauvés, vous tous, aux extrémités de la terre ! Car je suis Dieu, et il n’y en a pas d’autre.

23Je le jure par moi-même — de ma bouche sort ce qui est juste, une parole qui ne sera pas révoquée : Tout genou fléchira devant moi, toute langue prêtera serment par moi.

24Dans le SEIGNEUR seul, dira-t-on de moi, résident la justice et la force ; à lui viendront, honteux, tous ceux qui se sont fâchés contre lui.

 

2 Thess 1,11-2,2

11C’est pourquoi nous prions toujours pour vous, afin que notre Dieu vous juge dignes de son appel et qu’il accomplisse, avec puissance, toute intention bonne et toute œuvre de foi,

12de sorte que le nom de notre Seigneur Jésus soit glorifié en vous, et vous en lui, selon la grâce de notre Dieu et du Seigneur Jésus-Christ.

1Nous vous le demandons, frères, en ce qui concerne l’avènement du Seigneur Jésus-Christ et notre rassemblement auprès de lui,

2ne vous laissez pas trop vite ébranler dans votre bon sens ni alarmer par un message inspiré, par une parole ou par une lettre venant prétendument de nous, comme quoi le jour du Seigneur serait déjà là.

 

Luc 19, 1-10

1Jésus entra dans Jéricho et passa par la ville.

2Un nommé Zachée, qui était chef des collecteurs des taxes et qui était riche,

3cherchait à voir qui était Jésus ; mais à cause de la foule, il ne pouvait pas le voir, car il était de petite taille.

4Il courut en avant et monta sur un sycomore pour le voir, parce qu’il devait passer par là.

5Lorsque Jésus fut arrivé à cet endroit, il leva les yeux et lui dit : Zachée, descends vite ; il faut que je demeure aujourd’hui chez toi.

6Tout joyeux, Zachée descendit vite pour le recevoir.

7En voyant cela, tous maugréaient : Il est allé loger chez un pécheur !

8Mais Zachée, debout, dit au Seigneur : Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens, et si j’ai extorqué quoi que ce soit à quelqu’un, je lui rends le quadruple.

9Jésus lui dit : Aujourd’hui le salut est venu pour cette maison, parce que lui aussi est un fils d’Abraham.

10Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.

 

Prédication

La parabole de Zachée est archi-connue. Il est souvent délicat de prêcher sur de tels textes tant les auditeurs ont des connaissances sur le texte. Mais le récit de Zachée est avant tout une parabole, c’est à dire une petite histoire pour nous inviter à réfléchir, et à toujours y trouver des interprétations nouvelles.

Commençons par nous intéresser à la foule, puis à la rencontre, à l’identité retrouvée pour Zachée et enfin la bonne nouvelle pour nous aujourd’hui.

 

Une foule hostile

La foule est mentionnée à deux reprises dans l’histoire ; au début, elle est celle qui, massive, empêche Zachée de voir Jésus. C’est donc une foule qui interdit l’accès à Jésus pour une personne dite collecteur d’impôt et riche, sans que l’on sache si c’est parce qu’il est collecteur ou parce qu’il est riche, ou les deux à la fois. La foule a donc ce rôle de contrôle, de tri sur qui peut approcher Jésus ou non ; un peu comme le font les prêtres avec les personnes dites impures, en les empêchant de venir au temple. Ce comportement de ségrégation tenu par la foule est très important car celle-ci reproduit le modèle religieux en place concernant l’accès à Dieu. Collecteur ou riche, voilà le nouveau critère « d’impureté » selon la foule.

La deuxième mention de la foule est presque à la fin de l’histoire, quand Jésus a choisi de demeurer chez Zachée ; il est dit « en voyant cela,  tous maugréaient : il est allé loger chez un pécheur ! »

Le « tous » représente la foule, qui maintenant manifeste de l’hostilité envers Jésus. On peut tout de suite remarquer que cette foule venue voir Jésus est versatile, elle change subitement d’attitude  (on retrouvera cela au « procès » de Jésus, quand Pilate interroge la foule qui suivait Jésus).

La foule est donc dans l’évangile un personnage complexe, à la fois suivante et peu constante, très rapidement hostile à Jésus.

Le fouke est un « Tous », qui n’accepte pas l’ouverture de Jésus, sa décision de Jésus de manger, loger, chez quelqu’un qu’ils ont jusque là tenu à l’écart. Quand on ne peut pas voir Jésus, souvent, cela signifie que l’on ne peut pas croire en lui. Zachée en a le désir, il a sûrement entendu beaucoup de bien de Jésus, il est prêt à le rencontrer mais la foule l’en empêchait.

 

 

La rencontre avec Jésus

C’est Jésus qui est à l’initiative de la rencontre. Il exprime sa volonté de demeurer chez Zachée. Demeurer invite à penser qu’il veut séjourner en lui, de manière croyante. Jésus s’invite chez Zachée, le pur. En effet, il se trouve que Zachée vient de l’hébreu Zaccaï qui signifie « pur ». Donc dans notre histoire, rien d’étonnant à ce que Jésus veuille rencontrer Zachée le pur.

 

Dans cette histoire de rencontre, c’est la mise à l’écart de Zachée par la foule que Jésus conteste. La parabole prend alors une tout autre tournure qu’une simple rencontre. Comme avec les deux hommes montés au temple pour prier la semaine dernière, la pointe de parabole réside dans la question : Y a-t-il des conditions pour rencontrer Jésus ?

Zachée, mal considéré par ses congénères, probablement pécheur mais comme tous les autres, est celui qui est remarqué et appelé par Jésus. La rencontre ne dépend de ce que les autres pensent, mais on voit déjà qu’un groupe peut constituer un obstacle à la rencontre.

 

Une identité retrouvée

Jésus rend à Zachée son identité de fils d’Abraham, autrement dit, il le remet dans la lignée des croyants, dans la lignée de ceux avec lesquels Dieu a fait alliance.

Cette identité perdue, volée par la foule qui faisait obstacle, est l’identité d’enfant aimé de Dieu.

Quand Jésus dit : « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu », il se met dans la position du berger qui va rechercher le mouton éloigné du troupeau ; ici le mouton tenu à l’écart du troupeau car un peu trop différent des autres ; probablement attirant la jalousie par ses richesses, mal aimé car participant au système d’imposition mis en place par les occupants romains.

Jésus fait en quelque sorte alliance avec Zachée, quand il réaffirme le salut donné par Dieu ; Dieu garde, Dieu sauve. Zachée et sa maisonnée sont bénis par Dieu.

 

Une rencontre qui interroge notre pratique

La question du groupe/foule qui fait obstacle à la rencontre avec Jésus Christ, on vite en général de se la poser… Car c’est une question qui dérange, un peu délicate il faut bien l’avouer.

Osons nous mettre dans la foule et mettons-nous à l’écoute de Jésus.

La première idée qui se dégage est que l’accès à Jésus Christ ne dépend pas de critères moraux que nous déciderions ; toute personne désireuse de voir Jésus doit pouvoir le faire, sans que nous imposions une manière d’être ou de penser. Or notre accueil, notre manière de célébrer, la manière de parler (beaucoup) sont peut-être des obstacles pour une rencontre avec Jésus pour des personnes qui ignorent tout de nos codes. Rien que trouver la page du cantique 14/07 !

J’ai lu récemment dans la journal Réforme un article  de Georg Lämmlin, directeur de l’Institut de sciences sociales de l’Église protestante d’Allemagne, qui préconise de descendre de la chaire, façon de parler pour expliquer qu’il faudrait rendre les cultes plus interactifs, que l’assemblée participe plus. Je crois qu’ici nous avons déjà pris ce chemin : Les spontanés sont le fruit d’une volonté de faire participer plus souvent l’assemblée au cours du culte. Nos dimanche KT-familles sont des exemples de culte participatif. Jusqu’où aller dans l’évolution de nos cultes sans perdre l’essentiel qui est justement l’annonce de la bonne nouvelle de Jésus Christ ?

 

La bonne nouvelle du jour

La rencontre de Jésus avec Zachée laisse tous les autres surpris, pour ne pas dire énervés. Jésus a choisi de rencontrer celui un homme différent, mal-aimé, peu considéré malgré ses richesses.

On peut retenir que la rencontre est une surprise que l’on ne peut pas prévoir.

Il s’agit d’une rencontre personnelle avec Dieu, qui estime chacune et chacun digne d’être rencontré.

C’est la bonne nouvelle du jour : nous sommes tous dignes d’être rencontrés, petits ou grands devant Dieu, fils et filles héritiers de l’alliance de salut voulue par Dieu.